Le CNRS
Accueil SHS
Autres sites CNRS
 

 

  Lettre d'information de la MSH de Dijon
 

 Editions 2010

Juin 2010

Edito

Cette dernière livraison de la lettre de la MSH de Dijon vient clore l’année universitaire. Elle est en même temps l’occasion de revenir sur ce qui a été accompli et ce qui s’annonce. On ne peut ignorer les évolutions nationales dans la mesure où elles représentent un contexte dont les chercheurs doivent prendre la mesure. Parallèlement, comment ne pas être attentif à la situation de la recherche sur nos campus au moment où les uns et les autres anticipent son avenir ?
La construction du bâtiment de la MSH est emblématique de la persévérance des enseignants et des chercheurs des sciences humaines et sociales qui, depuis le début des années 2000 se sont mobilisés pour donner au pôle SHS toute sa place dans le dispositif scientifique de l’université de Bourgogne. L’organisation de la recherche, notamment interdisciplinaire, suppose la poursuite de cet effort commun du côté des équipements scientifiques. Sur ce point, les chercheurs doivent les envisager comme une question centrale sans s’en remettre à d’autres pour définir leur périmètre et leur conception. Loin de s’opposer aux débats sur les grandes thématiques d’avenir, ils représentent en grande partie la condition de leur possibilité. La recherche en SHS réclame aujourd’hui des équipements d’excellence permettant non seulement de rassembler les données quantitatives sur la société, mais également d’effectuer des opérations lourdes de numérisation avancée sur l’écrit, l’image et le son. Dans cette perspective, la MSH de Dijon développe depuis plusieurs années un Centre de Ressources Numériques qui s’inscrit dans le programme national d’infrastructures de recherche. En collaboration étroite avec la MSH de Besançon, dans le cadre du PRES, elle envisage de tenir toute sa place dans la politique nationale d’investissement dans les équipements, en répondant aux prochains appels à projet dans ce domaine. L’implication des chercheurs dans l’élaboration de ces réponses collectives sera décisive pour leur conférer la qualité qu’elle réclame.

édito Consulter la Lettre

 

Mai 2010

Edito

Au moment où le financement public de la recherche prend une certaine actualité avec le grand emprunt, les SHS se trouvent tout particulièrement interpellées. Comment participer à des programmes dont la dimension paraît trop large pour les forces dispersées des équipes et des laboratoires ? Notons également que les différents domaines de recherche dans le champ des matériaux, de la santé, de l’agronomie, réclament une participation des Sciences Humaines et Sociales. Face à ces différentes sollicitations manifestées lors des réunions préparatoires qui se sont tenues sur le campus dans la perspective de répondre aux appels d’offres des prochains mois, la MSH souhaite jouer un rôle utile pour construire une interdisciplinarité incluant les SHS dans les différents programmes.

Il s’agit également, dans le cadre des équipements d’excellence, de promouvoir le centre de ressources numériques constituant un équipement de dimension nationale lié à de grands programmes de recherche se développant dans le cadre du PRES et s’inscrivant dans les partenariats noués au plan national, notamment entre les MSH et les laboratoires de l’Institut SHS du CNRS. Dans l’immédiat, cette perspective concrète signale la manière dont la MSH de Dijon souhaite participer sans attendre à l’effort de structuration de la recherche dans les domaines qui lui reviennent.

édito Consulter la Lettre

 

Avril 2010

Edito

Avec le printemps 2010, l’organisation de l’activité de recherche va certainement connaître un temps fort tant pour la MSH que pour les laboratoires. Sans tomber dans la métaphore facile, on ne peut qu’être stimulé par l’avancement des travaux de construction du bâtiment destiné à abriter dès 2011 l’activité de la MSH. La localisation du bâtiment, au cœur du campus, illustre bien la conception qui préside à l’activité de la MSH : cette dernière se veut au service du développement de la recherche en SHS comme les chercheurs et les différents laboratoires du Grand Campus peuvent le vérifier concrètement ces derniers temps, notamment à l’occasion de la coopération avec la Région et l’Etat pour favoriser, dans le cadre du PARI, l’émergence de programmes scientifiques dont la coordination des moyens repose en large partie sur la MSH. De même dans la perspective du Grand Emprunt, la possibilité ouverte pour les différents pôles de recherche de présenter des projets interdisciplinaires qui participent d’un projet de campus d’excellence, donne à la MSH un rôle essentiel, aussi bien pour apporter son appui aux projets SHS que pour organiser la coopération des SHS avec les projets présentés par les autres grands domaines thématiques. Il reste qu’au cœur de l’activité de la MSH, il y a l’interdisciplinarité et les problèmes épistémologiques qu’elle pose : parallèlement à l’effort d’élaboration de son projet général en vue du prochain contrat quadriennal, il nous semble important de poursuivre la réflexion sur cette interdisciplinarité à travers des séminaires ouverts à tous les chercheurs : retenez la date du 17 juin pour la prochaine séance dont nous vous donnerons rapidement le programme.

édito Consulter la Lettre

 

Mars 2010

Edito

Le calendrier de préparation du prochain contrat quadriennal est maintenant connu. Il incite chacun à tirer le bilan de ses activités de recherche et à formuler des projets. Dans le domaine des Sciences Humaines et Sociales, la MSH est évidemment amenée à jouer un rôle à propos duquel certains collègues s’interrogent, compte tenu du foisonnement institutionnel marqué notamment par la création et le développement du PRES, la réorganisation des établissements scientifiques, du CNRS notamment. Le rapport du “Haut Conseil sur les Humanités et les Sciences Sociales”, qui met l’accent sur la nécessité de la coopération scientifique et signale l’importance des MSH dans le paysage institutionnel, nous semble aller dans le bon sens. Dès maintenant, les instances de la MSH, les groupes de travail et les équipes engagées dans l’activité interdisciplinaire vont tout à la fois associer la réflexion sur l’activité scientifique des dernières années et la prospective autour de programmes et projets pour la prochaine période, en prenant appui sur le travail déjà accompli autour de thématiques transversales identifiées notamment dans le cadre du PRES. La réflexion sur l’interdisciplinarité en tant que telle et à travers différentes recherches engagées nous semble essentielle (...).

édito Consulter la Lettre

 

Février 2010

Edito

La recherche en SHS, un travail persévérant…
L’organisation de la recherche en SHS, toujours à l’ordre du jour de la réflexion de ceux qui en sont les acteurs, est sans doute cette année particulièrement d’actualité au moment où s’esquisse l’ensemble des procédures qui devront aboutir à la construction d’un projet commun traçant des perspectives au moins à quatre ans. La qualité des programmes est, bien sûr, fonction d’une expérience et d’un potentiel que le bilan des années écoulées doit apprécier. L’évaluation, aussi bien du bilan que des perspectives, est désormais assurée par des équipes de collègues dont les missions s’inscrivent dans le cadre d’une agence d’évaluation, distincte des organismes d’affectation des moyens et des personnels. Les enjeux de ce travail sont évidemment cruciaux, tant pour chaque universitaire, chercheur que pour son équipe d’appartenance. Pour autant, l’organisation de la recherche, comme l’évaluation de ses résultats, ne sauraient être déléguées à des institutions administratives ou techniques. Il revient aux acteurs de la recherche de s’en soucier au moment même où la réflexion sur la recherche prend un caractère collectif. Il est encore fréquent d’entendre, pas nécessairement chez les plus anciens, que les chercheurs et les enseignants chercheurs doivent laisser aux personnels techniques et d’administration l’activité d’organisation qui touche aux services techniques qui sous-tendent l’activité scientifique. Au moment où la question des outils, des infrastructures de la recherche se pose d’une façon cruciale en SHS, cela semble difficilement compréhensible (...).

édito Consulter la Lettre

 

Janvier 2010

Edito

Les SHS sur le devant de la scène
Au long des éditoriaux qui jalonnent la publication mensuelle de cette lettre, nous avons évoqué les problèmes de la recherche en Sciences Humaines et Sociales au sein de l’Université de Bourgogne. La publication le 14 janvier dernier du rapport sur la situation des SHS au cœur des universités ne peut nous laisser indifférents car ce texte, présenté comme une première réflexion d’un travail amené à se poursuivre dans les prochains mois, passe en revue de façon large et différenciée la situation des sciences humaines et sociales en esquissant un certain nombre de propositions concernant leur structuration et leur développement. Cette initiative, explicitement référencée à plusieurs entreprises antérieures, prolonge d’une certaine manière, la réflexion et les dispositifs imaginés par Maurice Godelier dans les années 1980 lors de la constitution du domaine des SHS au sein du CNRS, puis lors de sa synthèse sur l’état des SHS, publiée au début de la décennie. Elle participe également des réflexions qui, autour de Maurice Garden, Robert Ilbert et Alain Supiot, ont accompagné l’émergence du réseau des MSH, à la fin des années 1990. On n’oubliera pas non plus la synthèse présentée en 2006 sous la direction de Jacques Commaille, de Pierre Rouillard et de l’auteur de ces lignes sur la constitution du réseau des MSH et sa transformation en GIS au milieu de la décennie. Aujourd’hui, à l’échelle régionale, comme à l’échelle nationale, la question de la structuration et de la coordination de l’effort scientifique dans le domaine des SHS est à l’ordre du jour dans un contexte où la coopération avec le CNRS et ses instituts reste essentielle, mais où les universités et leurs MSH ont évidement un rôle notable à jouer. C’est en tout cas dans cet esprit que, pour sa part, la MSH de Dijon, et notamment son Comité scientifique, inscrivent leurs réflexions aussi bien dans le cadre du grand campus bourguignon que dans celui du PRES au sein duquel les deux MSH développent leur coopération.

édito Consulter la Lettre

 

Editions 2009

 

Décembre 2009

Edito

Comment ne pas dire en ce jour du 7 décembre que le démarrage des travaux de construction de la MSH constitue tout à la fois un point d’aboutissement et un point de départ. Le projet d’une MSH, inscrit dès 2000 dans le CPER, a été porté par l’engagement de nombreux collègues qui ont contribué dans une première phase à l’élaborer en permettant le développement d’activités interdisciplinaires à partir de l’activité scientifique déployée dans leur laboratoire. Cette démarche soutenue par la région, le DRRT et bien sûr la direction de l’université, a permis la mise en place de structures de coordination et de coopération. Les SHS ont ainsi depuis 2004 une structure fédérative au sein de l’Université et une Unité Mixte de Service avec le CNRS. Le développement des services communs de la recherche de la MSH a accompagné un effort de structuration des laboratoires au cours de la décennie - la constitution de pôles thématiques de recherche a favorisé le développement d’une activité interdisciplinaire sur de nouvelles thématiques. Pour autant, les retards pris dans la construction de la MSH, initialement prévue en 2006, n’ont pas été sans inconvénient, semant parfois le doute sur le réalisme d’un projet qui restait en général souhaité et salué… aujourd’hui la mise en route des travaux nous incitent à participer activement à l’effort de développement de la recherche, aussi bien dans le cadre des nouvelles modalités de son organisation en Région (le Pari) que de la préparation des projets structurants pour les prochaines années, au niveau du campus comme du PRES inter régional. L’inscription d’une MSH dans le paysage du campus de l’Université de Bourgogne constitue, nous l’espérons, un point d’appui permettant aux SHS de tenir leur place dans son dispositif scientifique.

édito Consulter la Lettre

 

Novembre 2009

Edito

Cette fin d’année constitue un moment important pour la réorganisation de l’activité de recherche en SHS. La MSH soucieuse d’apporter sa contribution a, il y a quelques semaines, organisé une journée interdisciplinaire. Ce fut l’occasion de confronter des expériences de recherches et d’échanger des informations sur les nouvelles modalités du soutien à la recherche organisé en Région. Le nouveau dispositif (PARI) se donne comme objectif d’apporter un appui plus efficace, plus souple à des projets de recherche mieux coordonnés. De ce point de vue, la MSH est non seulement prête à jouer tout son rôle mais s’est engagée concrètement à prendre place dans l’effort commun en soutenant le développement des services communs de la recherche, en appuyant le montage de projets interdisciplinaires, en participant à la définition des thématiques transversales. La MSH est également prête pour développer un programme spécifique autour des corpus de la recherche permettant d’associer et d’accueillir des bases documentaires et des projets de recherche associés (Centre de ressources numériques sur les mondes contemporains). Dans ce contexte, la MSH et son comité scientifique apportent leur concours à l’appréciation des projets mais aussi à leur accompagnement en favorisant leur mise en réseau au plan interrégional, notamment au niveau du PRES, mais aussi au niveau national dans le cadre de la coopération avec les autres MSH.

édito Consulter la Lettre

 

Octobre 2009

Edito

La mise en place du nouveau dispositif de soutien à la recherche par la région a retenu, ces dernières semaines, l’attention des unités et de nombreuses équipes. La MSH, en tant que structure fédérative de l’Université de Bourgogne dans le champ des SHS, s’est efforcée d’apporter son concours à l’effort commun pour que les SHS s’inscrivent dans le mouvement général qui vise à renforcer l’activité de recherche. Dans le prolongement de la journée du 10 septembre dernier, consacrée à la place de l’interdisciplinarité, elle apporte son appui à l’émergence de projets cohérents et coordonnés par les laboratoires, à la coopération au niveau de la Région Bourgogne avec les écoles et établissements scientifiques (INRA, AgroSup et ESC) avec le souci de contribuer à la construction de programmes scientifiques d’ampleur. De ce point de vue, la MSH apportera également son concours à l’activité du comité de pilotage de la recherche, désormais mis en place auprès de la Présidente et de la Vice-Présidente déléguée à la Recherche de l’Université de Bourgogne. Dans le contexte actuel, il nous semble tout à fait opportun qu’elle puisse, dans chacun de ses grands domaines, définir et penser sa stratégie de la recherche au moment où elle doit se développer dans le cadre du PRES interrégional, mais aussi dans la perspective du prochain contrat quadriennal qu’il s’agira d’élaborer et de négocier à la lumière notamment des évolutions qui traversent actuellement le paysage de la recherche (Stratégie Nationale de la Recherche et de l’Innovation, mise en place du Conseil pour le Développement des Humanités et des Sciences Sociales, ...).

édito Consulter la Lettre

 

Septembre 2009

Edito

Cette première lettre d’information de la MSH de l’année universitaire 2009-2010 atteste de l’activité de recherche des différents laboratoires et équipes alors même que les projets de réformes qui ont inquiété et mobilisé nombre d’entre nous sont loin d’avoir disparu. Mais précisément, dans ce domaine comme dans d’autres, le déploiement de nombreuses initiatives témoigne d’une détermination partagée pour défendre et développer le potentiel de la recherche en SHS aux niveaux local et national. L’information scientifique est de ce point de vue un premier moyen permettant à chacun d’échapper au cloisonnement disciplinaire. Mais le croisement des démarches, le développement de l’interdisciplinarité demandent aussi des réflexions communes et un partage des expériences, au moment notamment où se met place un nouveau dispositif du financement de la recherche en région. Lors de sa réunion du 29 juin dernier le nouveau conseil scientifique de la MSH a examiné le rôle qu’il allait être amené à jouer dans ce cadre. La journée du 10 septembre 2009, consacrée à l’interdisciplinarité en SHS, s’inscrit dans ce contexte avec le souci d’échanger informations, expériences et projets. La rencontre entre tous les personnels et les institutions impliqués nous semble utile pour soutenir et faciliter une recherche en SHS dont l’avenir et le développement nous préoccupent tous. Au moment où la coordination de la recherche et de sa stratégie au niveau de l’Université est une préoccupation affirmée, ce dont nous nous réjouissons, la MSH, forgée dans l’esprit de l’interdisciplinarité, est ouverte à la coopération autour de thématiques transversales constituées aussi bien au niveau du Grand Campus que dans le cadre du PRES. Il reste que les SHS, dans la mesure où elles s’inscrivent dans cette dynamique, doivent bénéficier des soutiens leur permettant d’accéder au meilleur niveau de l’activité scientifique. La mise en chantier, dans les prochains mois, du bâtiment dédié à la MSH est de ce point de vue encourageant.

Espérons également que l’installation du Haut conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales, sous la présidence de Marie-Claude Maurel, marque le souci d’accorder aux SHS et notamment aux MSH ainsi qu’à leur réseau national, les moyens qu’ils méritent si l’on veut bien se souvenir que l’essentiel du potentiel de recherche en SHS se trouve dans les universités. Cela implique qu’elles puissent jouer pleinement leur rôle dans la coopération avec les établissements scientifiques publics et nationaux dont nous savons qu’ils constituent un appui essentiel à l’effort de recherche. La MSH de Dijon, pour la part qui lui revient, s’efforcera d’être disponible et solidaire dans cette perspective.

édito Consulter la Lettre

 

Juin 2009

Edito

La recherche en SHS n'échappe pas aux grands enjeux soulevés par la réorganisation du dispositif de la Recherche. Nous ne pouvons oublier que c'est la communauté des scientifiques chercheurs, enseignants chercheurs et personnels techniques qui s'est levée il y a maintenant plus de 4 ans pour appeler à sauver la Recherche. Aujourd'hui la MSH de Dijon dans le cadre du développement du PRES  Bourgogne/Franche-Comté entend bien tenir sa place et apporter son concours au développement des SHS dans le cadre régional en coopération avec la Région Bourgogne et la Délégation Régionale de la Recherche et de la Technologie qui sont des partenaires essentiels pour assurer l'essor des infrastructures de recherche, soutenir les projets interdisciplinaires.

Une journée sur les SHS et l'interdisciplinarité, qui se tiendra le 10 septembre prochain, sera l'occasion d'un large tour d'horizon sur ces questions avec tous les acteurs de la recherche.

édito Consulter la Lettre

 

Mai 2009

Edito

La grande variété des spécialités et des savoirs rangés sous l’étiquette des SHS est parfois mis au débit de toutes les disciplines et les recherches qui se consacrent à l’étude de la vie en société, des représentations idéelles comme des productions matérielles, des individus comme des groupes envisagés dans la durée comme dans l’espace des territoires. La diversité serait un handicap irrémédiable dans des temps qui réclament de la visibilité et de l’affichage. Mettre en valeur les lignes de la recherche, définir des objectifs, des moyens pour les atteindre, établir des priorités fondées sur un examen attentif du développement scientifique, en somme avoir une démarche stratégique qui inclut également les attentes sociales, est une démarche indispensable. Mais l’argument de l’affichage nécessaire doit être relativisé et ne pas être entendu comme une injonction : les SHS ne sont-elles pas délimitées de façon quelque peu négative eut égard à l’ampleur et la diversité de leurs champs d’investigation ? La MSH permet d’envisager les croisements et les connections entre spécialités et savoirs ; elle favorise, dans le cadre du Réseau national des MSH et en relation avec les divers équipes et laboratoires CNRS la structuration des programmes de recherches autour de thématiques et de champs transversaux. Pour autant, l’évolution des disciplines ne se décrète pas mais résulte de processus complexes d’hybridation et de circulation des savoirs scientifiques. De ce point de vue, l’organisation de la vie scientifique, le développement d’infrastructures, bibliothèques ou corpus numériques, loin d’être des gadgets superflus, peuvent jouer un rôle essentiel dans la dynamisation de la vie scientifique en favorisant le partage du savoir et le débat scientifique. En ces temps où il arrive que l’évaluation soit réduite à l’affichage d’une production scientifique, réduite à quelques types étroitement normés de publications, voilà un champ où l’initiative des chercheurs peut se déployer au service d’une communauté scientifique élargie, incluant notamment les étudiants et les jeunes chercheurs, condition du développement et de la pérennité des SHS dans l’Université de Bourgogne notamment.

édito Consulter la Lettre

 

Mars 2009

Edito

Dans le prolongement des réflexions et des propositions évoquées le mois précédent dans cette lettre d’information, la MSH organise le 6 avril prochain une journée consacrée à la recherche pluridisciplinaire en SHS à l’Université de bourgogne et au-delà sur l’ensemble du campus puisque le périmètre de la MSH correspond à ce qui maintenant est le site pertinent pour envisager le développement scientifique en SHS en Bourgogne. Cela  inclut bien évidemment les démarches des chercheurs et des équipes qui nouent des relations et des partenariats avec différents sites en région  notamment celui du Creusot. 

Il s’agit, dans le contexte actuel, marqué notamment par un temps supplémentaire dans la préparation du prochain contrat d’établissement destiné à mettre les universités de Bourgogne et de Franche-Comté en concordance, de revenir sur les expériences des dernières années et d’engager sans attendre  une réflexion à la fois en terme de premier bilan et de prospectives.

La pluridisciplinarité et le rôle d’impulsion comme de coordination qui revient à la MSH, doivent être mesurés à travers les exemples de plusieurs projets scientifiques menés ces dernières années, projets maintenant assez nombreux et riches d’enseignement pour être appréciés.

D’autre part les conditions de la mutualisation, de la coopération entre les équipes, les laboratoires et plus généralement entre les chercheurs ont connu et connaissent encore des évolutions importantes (PRES “Bourgogne Franche-Comté universités”, politique régionale, nouveau dispositif national et européen).

Enfin il est indispensable aujourd’hui de réfléchir de manière critique mais aussi en termes de proposition sur l’évaluation, ses critères et indicateurs généraux en SHS et tout particulièrement dans les domaines où il y a une mise en œuvre de l’interdisciplinarité (action et rôle de l’AERES, du CNU, du comité national du CNRS…)

C’est dans cet esprit que la journée du 6 avril 2009 a été conçue. Je vous invite à venir y assister et y participer afin que les contributions de chacune et de chacun viennent nourrir et enrichir les débats et les réflexions sur l’avenir de la recherche pluridisciplinaires en SHS sur le Grand Campus dijonnais.

édito Consulter la Lettre

 

Février 2009

Edito

Dans un précédent éditorial, j’évoquais l’attitude de la MSH face à la mise en place des nouveaux dispositifs de la recherche notamment à l’échelle de la Région et du PRES. C’était évoquer son inscription dans la réalité concrète de l’organisation de la recherche en SHS. Tant au niveau du Grand Campus, du CPER que du PRES “Bourgogne Franche-Comté universités” notamment, les structures fédératives sont souvent invoquées pour jouer un rôle de coordination et de structuration. Pour ce qui relève des SHS, la MSH peut et doit s’inscrire dans cette dynamique tant en son amont que dans sa mise en œuvre.

Mais comment ne pas faire nôtres les inquiétudes et les interrogations des personnels face aux évolutions de l’enseignement supérieur et de la recherche, de l’évolution des EPST et en particulier du CNRS. De ce point de vue, nous ne pouvons que rappeler l’importance de la coopération entre l’université et les établissements scientifiques dans le cadre de structures mixtes. Au moment où la réorganisation des modalités nationales de pilotage de la recherche est loin d’être achevée, nous souhaitons, sans attendre, contribuer à la réflexion collective sur la situation de la recherche en SHS, avec le souci d’apprécier non seulement ses problèmes mais aussi ses résultats. A l’heure du mi-parcours du contrat d’établissement, une première analyse du travail réalisé pourrait servir de base à la préparation du prochain quadriennal de l’Université de Bourgogne en inscrivant cette démarche dans la réflexion autour des orientations thématiques de la recherche. C’est dans cet esprit et en donnant aux élus des conseils un rôle accru que, comme je l’avais évoqué dans la précédente lettre d’information de la MSH, nous souhaitons organiser, dans les mois à venir, une réflexion sur la recherche en SHS sur le campus dijonnais en associant l’ensemble de la communauté scientifique, avec le souci de contribuer à apprécier l’état des lieux, réfléchir aux orientations thématiques mises en œuvres, envisager les moyens nécessaires pour les réaliser.

édito Consulter la Lettre

 

 Editions 2008

 

Décembre 2008 - Janvier 2009

Edito

Les élections des 25 et 26 novembre derniers ont permis de renouveler les membres élus du Conseil d'Orientation et de Gestion et du Comité Scientifique de notre MSH. Si l'on peut regretter qu'aucune liste de doctorants n'ait été déposée, je souhaite surtout aujourd'hui me féliciter de l'intérêt porté par toutes et tous, enseignants-chercheurs, chercheurs, personnels BIATOS et ITA, à nos instances.

Cette implication est à la hauteur des défis qu'il nous faut aujourd'hui relever. A l'heure où, en particulier, l'organisation nationale de la recherche connaît de profondes évolutions, où la mise en place du PRES “Bourgogne - Franche-Comté universités” est en marche et où la Région Bourgogne s'attache à renouveler sa stratégie de recherche et d'innovation, l'implication de l'ensemble de la communauté scientifique du Grand Campus, riche de sa diversité, et des élus qui la représente, constitue un atout essentiel. En ce qui la concerne, la MSH doit jouer un rôle essentiel dans le champ des Sciences Humaines et Sociales en s'appuyant, dans les prochaines semaines, sur ses conseils mais aussi sur des initiatives d'information, d'échanges et de consultation sur le développement de l'activité scientifique et son organisation.

édito Consulter la Lettre

 

Novembre 2008

Edito

L’organisation de la recherche est à l’ordre du jour au plan national mais également au niveau de l’Université de Bourgogne. L’existence de la MSH à Dijon constitue, dans le contexte actuel pour notre Université, un atout au moment où la politique de recherche est plus que jamais une composante importante des nouvelles responsabilités que lui confère la LRU.

Comme il y a loin des projets à la mise en oeuvre effective, notamment en raison de la faiblesse des moyens budgétaires affectés aux universités et à la recherche scientifique, ce dont tout le monde convient, il arrive périodiquement que les interrogations et le doute s’expriment chez ceux qui espèrent le plus changement et développement de l’activité scientifique. La construction du bâtiment de la MSH prévue initialement en 2006-7, lors de l’exécution du CPER précédent, a été reportée, ce qui a bien sûr eu des effets négatifs pour toute la réorganisation de l’activité scientifique en SHS sur le campus. Heureusement, l’année 2008, est de ce point de vue bien plus prometteuse puisque, non seulement le financement du projet par la Région a été confirmé mais qu’également les travaux concernant la MSH sont inscrits en première place. Aujourd’hui, alors que le Conseil Régional, en
concertation avec les services du Ministère de la Recherche en Bourgogne, élabore un plan stratégique de développement de la recherche, la MSH, comme centre fédératif de l’Université pour
l’ensemble des SHS, s’efforce de jouer son rôle en participant à la réflexion collective et en étant force de propositions. Pour tous les personnels concernés par la recherche en SHS sur le campus, la MSH est aujourd’hui un point d’appui pour contribuer au développement de l’activité scientifique. Son autorité est bien sûr liée à la qualité de celle-ci et donc à l’implication de tous. Le renouvellement du Conseil d’Orientation et de Gestion et du Comité Scientifique, à l’occasion des prochaines élections, le 25 novembre, peut être le moyen pour tous de le manifester concrètement.

édito Consulter la Lettre

 

Octobre 2008

Edito

Parmi les attentes dont la MSH de Dijon est l’objet en cette rentrée 2008, il y a non seulement celles des chercheurs préoccupés par les évolutions nationales en cours, mais également celles formulées par le Conseil Régional de Bourgogne et la Présidence de l’Université de Bourgogne qui, à des titres différents, appellent la MSH à jouer un rôle accru dans les procédures d’appels à projets lancés dans le cadre de la Région (HCP/CPER) ou de l’Université (BQR). Ces attentes qui nous honorent, incitent à une réflexion de fond  de la part de la MSH mais aussi des équipes et laboratoires. Elles impliquent une place nouvelle  et un rôle accru de la MSH dans la dynamique de la recherche en SHS sur le campus ce qui, à terme, ne peut être sans effet sur son fonctionnement comme sur son activité. La réflexion collective nécessaire sur cette évolution doit associer l’ensemble de la communauté scientifique des enseignants-chercheurs, des chercheurs, des personnels techniques comme des doctorants, en étroite liaison avec la direction de l’Université. Le contexte national, en rapide, évolution nous y inciterait si nous hésitions, que ce soit la prochaine réforme du CNRS ou la mise  en place par le Ministère de la Recherche du groupe national de réflexion sur la recherche et l’innovation. La MSH de Dijon peut jouer un rôle dans ce processus, au bénéfice de la recherche comme de l’Université, d’autant que le dossier de la construction du bâtiment est désormais bien engagé.

édito Consulter la Lettre

 

Septembre 2008

Edito

Le contexte de la rentrée, dans le domaine de la recherche en sciences de l’homme et de la société, est marqué par les transformations annoncées de l’organisation du CNRS, la constitution d’un Institut SHS dont ni les contours ni toutes les missions ne sont encore complètement définis. Restent de nombreuses incertitudes sur les champs disciplinaires couverts comme sur les missions effectives du nouvel Institut. La combinaison annoncée entre les fonctions d’opérateur et d’agence de moyens ne peut nous laisser indifférents d’autant qu’il est annoncé que seraient instaurées deux catégories de laboratoires auprès desquels le CNRS s’engagerait de manière différenciée. La consultation annoncée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche doit nous fournir l’occasion d’une réflexion sur l’organisation de la recherche en SHS à l’Université de Bourgogne, alors même que nous nous trouvons à mi-parcours de l’exécution du contrat d’établissement. Durant les prochains mois, il nous faudra certainement formaliser nos réflexion sur notre dispositif scientifique qui ne manque pas d’atouts avec ses unités de recherche réorganisées, sa MSH et son inscription dans le PRES qui associe les deux universités de Bourgogne et de Franche- Comté.

édito Consulter la Lettre

 

Juin 2008

Edito

La mise en place d’un espace réservé aux publications électroniques sur le site de la MSH de Dijon mérite de retenir l’attention des chercheurs. Cette initiative a été longuement préparée par les chercheurs et le personnel concerné des différentes équipes et des services communs de la MSH. La publication des travaux scientifiques des chercheurs, des équipes, des pôles thématiques est un élément essentiel de notre activité scientifique. Depuis plusieurs années, nous avons instauré et favorisé le développement des archives audio et vidéo qui permettent à chacun de suivre l’activité des colloques et des rencontres scientifiques. La construction d’un espace dédié à des revues ou publications électroniques, gérées par des comités de rédaction et comités de lecture constitués de personnalités scientifiques extérieures, correspond notamment au souci de publier les recherches des jeunes chercheurs, mais aussi de favoriser l’édition scientifique des recherches interdisciplinaires en particulier sur les thèmes qui structurent l’activité de la MSH. En prévoyant d’accueillir des éditions anciennes conservées par les Editions Universitaires de Dijon et numérisées par nos services, nous souhaitons également mettre à disposition des travaux devenus difficilement accessibles et qui jalonnent l’activité scientifique des équipes en SHS que la MSH a le souci de promouvoir.

édito Consulter la Lettre

 

Mai 2008

Edito

L’avenir des SHS est une question d’actualité comme nous l’avons indiqué lors de la réunion qui a rassemblé tous ceux qui, sur le Campus de Dijon, se sont retrouvés le 29 avril dernier. Les informations concernant l’avenir du CNRS s’inscrivent dans un contexte où, à l’occasion de la réorganisation de la recherche, la place des SHS constitue un point particulièrement sensible. La mobilisation des chercheurs, il y a maintenant plus de trois ans, a été essentielle pour faire émerger l’avenir de la recherche comme enjeu de société. Aujourd’hui, il s’agit, dans un contexte marqué notamment par la réorganisation du système de la recherche engagée depuis plusieurs années, de veiller à donner leur place aux Sciences Humaines et Sociales, notamment dans la région Bourgogne.

édito Consulter la Lettre

 

Avril 2008

Edito

Le 29 avril prochain, nous invitons tous ceux qui, sur le campus de l’université de Bourgogne, sont concernés par la recherche en SHS, à venir participer à la rencontre organisée par la MSH pour faire le point sur l’activité scientifique dans ce domaine.
La recherche en Sciences Humaines et Sociales défraie actuellement l’actualité nationale lorsqu’on évoque son organisation à l’occasion des réflexions engagées sur l’activité des Universités et leurs liens avec les grands organismes scientifiques. Si les directeurs de laboratoire ont été sollicités, l’importance des questions est telle que tous les personnels et doctorants doivent pouvoir participer à des échanges préfigurant des décisions qui engagent l’avenir.

édito Consulter la Lettre

 

Mars 2008

Edito
Les premiers échos suscités par la nouvelle formule de cette lettre nous encouragent à poursuivre dans une voie où nous nous efforçons de présenter la diversité des activités mais aussi des informations et des publications susceptibles d’intéresser tous les chercheurs, les enseignants mais aussi tous les citoyens curieux de ce qui se passe du côté des Sciences Humaines et Sociales. Donner à voir et à comprendre la vie scientifique nous semble important à plus d’un titre. Dans un moment où s’élabore un nouveau paysage scientifique, il est indispensable que les SHS y prennent place, non pas comme un domaine isolé du reste des champs du savoir mais jouant un rôle actif.

édito Consulter la Lettre

 

Février 2008

Edito
Le rôle des structures fédératives de recherche dans l’organisation de l’activité scientifique de l’Université de Bourgogne trouve une illustration concrète dans l’implication qui est désormais la leur, lors du financement de la recherche en partenariat avec la région et l’Etat (CPER, HCP) ou lors du soutien apporté par l’Université de Bourgogne aux projets de ses chercheurs (BQR). La MSH a été sollicitée pour jouer un rôle actif dans ces dispositifs en tant que centre fédératif.

édito Consulter la Lettre

 

Janvier 2008

Edito
La place des Sciences Humaines et Sociales est au centre des préoccupations de la MSH aussi bien pour soutenir les efforts entrepris par les laboratoires et les équipes que pour développer l’interdisciplinarité et la valorisation des recherches en SHS. En ce début d’année, la MSH se trouve investie de nouvelles responsabilités au sein de l’Université de Bourgogne. Dans le cadre de l’installation de la nouvelle Ecole doctorale LISIT, à partir du 1er janvier, la MSH prend en charge la
gestion financière et administrative de l’ED avec l’ambition de participer au soutien et à la réussite des travaux des jeunes chercheurs. D’autre part, la nouvelle procédure du BQR fait appel à la
MSH en tant que centre fédératif.

édito Consulter la Lettre

 

*

Editions 2007

Décembre 2007

Edito
Au sein des Sciences de l’homme, les MSH constituent des centres fédératifs qui ne sont pas simplement des plateformes techniques ou des centres de coordination. Au moment où les laboratoires ont regroupé leurs forces et élargi leur périmètre, le rôle des MSH est d’impulser l’activité de recherche dans des directions sous-estimées ou peu explorées. Il en va ainsi de
l’inscription de la recherche en SHS dans le territoire régional...

* Consulter la Lettre

 

Novembre 2007

Edito
Le Réseau national des MSH, dont la MSH de Dijon est partie intégrante, vient de se doter d’un nouveau portail (http://www.msh-reseau.fr/) qui permet aux chercheurs d’avoir une vision d’ensemble de ce réseau dont le rôle dans le développement de la recherche en SHS est aujourd’hui notoirement reconnu puisque l’actuelle loi de finances l’évoque explicitement. Pour ce qui la concerne, la MSH de Dijon, avec les thématiques de ses pôles de recherche interdisciplinaires, prend notamment sa place dans les actions transversales du réseau...

* Consulter la Lettre

 

Octobre 2007

Edito
La mutualisation des moyens techniques nécessaires à l’activité scientifique en Sciences Humaines et Sociales est un fait que les chercheurs ont appris à prendre en compte. Ils savent que cela conditionne l’efficacité de leurs recherches qui ont besoin aujourd’hui d’équipements et de données à la hauteur des programmes scientifiques qu’ils développent. Pour autant, quand on rentre dans le concret des projets de recherche, cela ne va pas sans soulever diverses questions. Comment notamment, éviter les décalages et les disproportions entre les équipements mis à disposition et les personnels techniques capables de les faire fonctionner de manière optimale ?...

* Consulter la Lettre

 

Septembre 2007

Edito
L’organisation de la recherche en SHS est pour l’heure scandée par la publication des appels à projets que les organismes présentent selon un calendrier avec lequel les chercheurs, comme l’Université, doivent compter en espérant que la période estivale ne reste pas le moment principal de ces annonces pour les prochaines années ! Toujours est-il que cette rentrée 2007-2008 est la première qui, au plan du financement de la recherche dans le cadre régional, est marquée par la mise en oeuvre du nouveau CPER (Contrat de Projets Etat/région ) adopté au début de 2007...

*Consulter la Lettre

 

Juin 2007

Edito

Le mois de juin est propice aux réflexions prospectives dans le domaine de la recherche universitaire, en Sciences Humaines et Sociales notamment. Les nouvelles modalités de l'organisation de la recherche nous incitent à associer les projets de chaque chercheur avec ceux des programmes dans lesquels ils s'inscrivent. La MSH s'efforce d'être à la fois un outil à la disposition de tous dans ce domaine et un lieu propice aux initiatives qui mobilisent des savoirs disciplinaires spécifiques dans des entreprises scientifiques communes...

* Consulter la Lettre

 

Mai 2007

Edito

Les SHS à l’épreuve des projets…
Les changements dans le paysage de la recherche ces dernières années aussi bien au niveau européen, national que régional, ne sont pas sans conséquences sur l’activité des laboratoires, des équipes et de tous ceux qui en sont membres...

* Consulter la Lettre

 

Avril 2007

Edito

Au moment où nous écrivons ces lignes, nombre d’entre vous êtes en train de terminer les dossiers dans le cadre desquels les projets de recherche seront soumis à l’ANR. La MSH s’est efforcée d’apporter son soutien à toutes les équipes et les chercheurs qui l’ont sollicité...

* Consulter la Lettre

 

Mars 2007

Edito

Cette deuxième livraison fait une place significative aux appels d’offres lancés tant par l’ANR que dans le cadre du 7ème PCRD de la commission européenne...

* Consulter la Lettre

 

Février 2007

Edito

Afin d’apporter une réponse satisfaisante aux nombreuses demandes de diffusion d’information concernant les activités scientifiques en Sciences Humaines et Sociales, la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon se propose aujourd’hui d’éditer, de façon régulière, une « Lettre d’information » ouverte à l’ensemble des chercheurs et des équipes de recherche en SHS de l’Université de Bourgogne...

* Consulter la Lettre

 

 

 
    
 

Maison des Sciences de l'Homme de Dijon

UMS CNRS uB 2739